En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Bordeaux Sciences Agro

UMR 1065 Santé et Agroécologie du Vignoble

Pierre-Marie-Alexis Millardet

PMA Millardet
© BM Bordeaux-Mériadeck-Séléné
Petite biographie de Millardet et la découverte de la bouillie bordelaise

Originaire du Jura, après des études à Besançon, Paris et en Allemagne, où il se passionne pour la botanique, Alexis Millardet est nommé professeur à la faculté des Sciences de Strasbourg en 1869 et devient titulaire de la chaire de Botanique de la faculté des Sciences de Nancy en 1871. A partir de 1874, il s’intéresse uniquement aux applications pratiques de la botanique, puis consacre ses recherches à peu près exclusivement à la vigne.

Déjà très connu quand éclate la crise phylloxérique, Millardet est désigné par la commission en charge de l’étude du phylloxéra de l’Académie des Sciences, pour étudier les vignes américaines et les ressources qu’elles pourraient offrir à la viticulture. C’est pour remplir cette mission qu’il vient à Bordeaux en 1876 où il enseigne parallèlement à la faculté des Sciences (chaire de Botanique).

Partant de ses premières observations établies en 1869, Millardet dresse, entre 1880 et 1891, un catalogue des vignes américaines suivant leur résistance intrinsèque au phylloxéra, aboutissant à la création d’un tableau de classement connu sous le nom d’Echelle de résistance et reconnu dès 1885 comme un véritable monument ampélographique décrivant plus de 40 cépages. De plus, son Histoire des principales variétés et espèces de Vignes qui résistent au phylloxéra met déjà en évidence le caractère héréditaire de la résistance de la plante au phylloxéra. De la sorte, les espèces sauvages pures et les hybrides, procédant de leur croisement, sont doués d’une résistance absolue à l’insecte. Avec l’aide de Charles de Grasset (viticulteur à Pézenas dans l’Hérault), il crée environ 12 000 hybrides variés dont quelques-uns constituent dès la fin du XIXe siècle des porte-greffes éprouvés pour certains terrains dont la reconstitution du vignoble aurait été impossible sans leur emploi (notamment pour les sols calcaires des Charentes).

Mais, ce qui a rendu le nom de Millardet particulièrement populaire, ce sont ses recherches sur le mildiou et les moyens de le combattre. Ses premiers travaux sur le traitement de la maladie remontent à 1882 quand il livre une description détaillée du champignon, ses spores d’été et d’hiver. Au mois d’octobre de cette même année, il remarque également les effets bénéfiques exercés contre le mildiou, des aspersions cuivreuses réalisées en Médoc, le long des chemins, sur la vigne et le raisin, pour prévenir le grappillage.
La première mention connue de l'emploi du sulfate de cuivre contre le mildiou (publiée dans le Zeitschrift für Wein) est à attribuer à Alexis Millardet. Après de nombreuses expériences, il établit avec Ulysse Gayon, la formule définitive de ce qui prendra très vite la dénomination de « bouillie bordelaise » et qu’il présente à la société d’Agriculture de la Gironde en 1885. Dès lors, les propriétaires de la Gironde, en grand nombre, traitent leurs vignes selon les indications du scientifique et leurs récoltes sont sauvées. En 1893, Alexis Millardet reçoit de l’Institut, le prix Morogues pour l’invention de ce traitement.

Portrait Millardet2