En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Bordeaux Sciences Agro

UMR 1065 Santé et Agroécologie du Vignoble

Séminaire, le 27 juin 2019

à 10h30, salle de l’IBVM campus de la Grande Ferrade

27 juin 2019
Charlie Pauvert, (doctorant en 3ème année à l'UMR BIOGECO, sur la direction de C. Vacher (UMR BIOGECO) et J. Vallance (UMR SAVE) présentera son projet de thèse intitulé: "Explorer les pathobiomes avec les réseaux microbiens : le cas de l’oïdium de la vigne"

Résumé

Les micro-organismes associés à une plante hôte forment une communauté résidente soumise à l’influence de l’environnement et des pathogènes de l‘hôte. Les interactions au sein de ce complexe communauté pathogène-environnement, défini comme le pathobiome, peuvent réguler les maladies des plantes hôtes. L'un des défis actuels consiste à reconstruire les pathobiomes à partir de données de metabarcoding, pour identifier des agents potentiels de biocontrôle et pour surveiller en temps réel leurs réponses aux changements environnementaux. Cependant, les réseaux microbiens construits avec les méthodes actuellement disponibles sont des réseaux d’associations statistiques entre des comptages de séquences, non directement superposables aux réseaux d’interactions (ex : compétition, parasitisme) entre microorganismes.

Nous avons donc utilisé une nouvelle approche statistique, le modèle PLN, qui permet de prendre en compte la variabilité environnementale, pour générer des hypothèses plus robustes sur les réseaux d’associations. Le modèle d’étude est la vigne (Vitis vinifera L. cv. Merlot noir) et l’oïdium de la vigne, Erysiphe necator. Nous avons exploré le pathobiome d’Erysiphe necator sur les feuilles de vigne afin d’évaluer

  • si l’infection induisait plus d’hétérogénéité dans la communauté résidente (effet Anna Karénine),
  • si la communauté résidente elle-même contenait des espèces potentiellement antagonistes et
  • ces antagonistes étaient influencés par la pratique culturale.

Nous avons échantillonné (Juin, mi-Juin, Juillet) des tissus visuellement sains et infectés suite à l’inoculation contrôlée (Avril) de l’oïdium de la vigne sur une parcelle non-traitée dans des zones enherbées et désherbées. Les associations prédites entres les espèces fongiques des feuilles de vignes ont été recoupées avec des expériences de co-cultures et de fouille de la littérature. Le pathogène Erysiphe necator était plus abondant dans les tissus infectés (sauf en juillet). La composition des communautés fongiques n'a pas changé de façon significative entre les tissus infectés et les tissus sains, mais elle était principalement structurée par date et pratique culturales. Les communautés des tissus infectés ne sont pas plus hétérogènes que celles des tissus sains, contrairement au principe d’Anna Karénine. Toutes choses égales par ailleurs, une quinzaine d'espèces sont associées négativement à l'agent pathogène et seraient plus abondantes dans les zones enherbées. Le réseau obtenue par PLN n’est que partiellement superposable à celui obtenues avec les co-cultures.

Les réseaux microbiens, sous réserve d’amélioration des méthodes de reconstruction, pourraient donc être utilisés pour capturer les signaux des interactions biotiques dans le pathobiome.