En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Bordeaux Sciences Agro

UMR 1065 Santé et Agroécologie du Vignoble

Le mildiou de la vigne s’adapte-t-il aux nouveaux cépages résistants ?

Adaptation aux cépages résistants
Au moment où de nouveaux cépages résistants vont être mis sur le marché, les capacités d’adaptation des pathogènes aux cépages résistants restent mal connues...

En comparant l’agressivité de différentes populations de mildiou, nous montrons que si la résistance des cépages est globalement efficace, le mildiou est néanmoins capable de s’adapter en quelques années, diminuant ainsi l’efficacité de ces résistances. Ces résultats plaident pour adosser l’utilisation des cépages résistants à des pratiques agronomiques préservant leur durabilité. Ces travaux sont publiés dans le numéro du 13 mai 2016 de la revue Evolutionary Applications.

Les cépages de vigne cultivés sont tous très sensibles aux maladies aériennes, notamment au mildiou (Plasmopara viticola). La vigne cultivée (Vitis vinifera) n’a pas spontanément la capacité de se défendre contre cette maladie d’origine américaine qui a été introduite en Europe au 19ème siècle. Actuellement, la protection contre ce pathogène requiert entre 5 et 10 traitements fongicides par an.

Une des méthodes alternatives de gestion de la maladie consiste à utiliser des variétés de vignes résistantes (voir figure 1), une option déjà privilégiée dans de nombreuses cultures. Grâce à l’aboutissement de différents programmes d’amélioration de la vigne à l’INRA, cette solution est maintenant envisageable en viticulture. On estime qu’elle pourrait permettre une réduction de près de 90% de l’utilisation des fongicides sur vigne.

Dans ce contexte, les chercheurs de l’unité Santé et agroécologie du vignoble travaillent sur la gestion durable des résistances de la vigne. Une des questions est de savoir si le mildiou de la vigne est susceptible de s’adapter à la pression de sélection qu’exerceront les cépages résistants. Pour y répondre, ils ont comparé l’agressivité de souches de mildiou collectées sur des cépages résistants avec celle de souches de mildiou « naïves », c’est-à-dire n’ayant jamais rencontré la résistance. Les populations de mildiou étudiées provenaient de Suisse et d’Allemagne, deux pays où plusieurs cépages résistants ont déjà été déployés. Lors d’une expérimentation en laboratoire, ils ont inoculé les souches de mildiou sur trois cépages allemands (Regent, Prior, Bronner).

Leurs résultats montrent que la résistance partielle des cépages est globalement efficace pour contrôler le mildiou (voir figure 2) : la production de spores de mildiou est réduite de 58% à 92% par rapport à un cépage sensible (Cabernet sauvignon). Cependant, les chercheurs ont également observé que les souches issues des cépages résistants présentent déjà une sporulation plus importante et plus précoce que les souches « naïves » (issues de cépages sensibles). Ainsi, sur Regent et Prior, l’adaptation des populations de mildiou conduit à une réduction de l’efficacité potentielle de la résistance de près de 26%.

Sur le cépage résistant Bronner, la diminution d’efficacité est de 7%. C’est ce qu’on appelle « l’érosion de la résistance » (Figure 2). Dans le cas du Regent, cette adaptation est en outre très rapide (inférieure à 5 ans), comme l’avait déjà suspectée une précédente étude conduite par la même équipe.

Cette évolution des populations de mildiou ne semble pas avoir de conséquences pour les cépages cultivés actuellement. En effet, sur le Cabernet Sauvignon (sensible), les souches « virulentes » de mildiou ne paraissent pas plus agressives que les souches « naïves ». Ce résultat nécessitera néanmoins d’être confirmé par de nouvelles expérimentations.

Delmas et al 2016

Delmas et al 2016b

Figure 1 : Attaques de mildiou de la vigne sur un cépage de Vitis vinifera sensible (A) et sur un cépage de vigne résistant à la maladie (B). Photos Delmotte et Delière

Figure 2 : Le mildiou de la vigne s’adapte aux cépages résistants – Regent, Prior et Bronner – ce qui entraîne une baisse de l’efficacité de la résistance (érosion). Le pourcentage d’efficacité est calculé relativement à un cépage sensible (Cabernet sauvignon) sur la base de la sporulation du mildiou, un paramètre majeur dans la dissémination de la maladie

Voir aussi

Référence scientifique

Chloé E.L. Delmas, Frédéric Fabre, Jérôme Jolivet, Isabelle D. Mazet, Sylvie Richart Cervera, Laurent Delière, François Delmotte. Adaptation of a plant pathogen to partial host resistance: selection for greater aggressiveness in grapevine downy mildew. Evolutionary Applicationsdoi:10.1111/eva.12368, 13 mai 20016          

Contacts scientifiques

Chloé Delmas : chloe.delmas@inrae.fr
François Delmotte : françois.elmotte@inrae.fr