En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

UR ETTIS

[Stage] Des nouveaux usages du bois à la requalification des ressources forestières : Enquête exploratoire en Nouvelle-Aquitaine

[Stage] Des nouveaux usages du bois à la requalification des ressources forestières
Appel à candidatures !

Contexte du stage : 

Erigé en élément incontournable de la transition bas carbone et des stratégies d’adaptation aux changements globaux, le bois en tant que matériau renouvelable est plébiscité dans de nombreux domaines d’activité, de l’énergie à la construction en passant par la chimie verte (pharmacie, cosmétique…). Perçu comme une opportunité pour le développement de la filière forêt-bois et des territoires ruraux, ce recours accru aux matériaux ligno-cellulosiques suscite aussi des interrogations et des controverses sur la capacité des acteurs et des écosystèmes forestiers à répondre à ces nouvelles demandes industrielles. Si l’enjeu est d’ordre quantitatif, avec des débats récurrents sur le caractère « sous-exploitée » des forêts françaises et la possibilité ou non de couper plus de bois, il est aussi qualitatif. Le décalage entre la prédominance des essences feuillues (70 % des forêts françaises) et la spécialisation des industries sur les essences résineuses (2/3 des volumes commercialisés) est ainsi régulièrement présenté comme « un problème », au même titre d’ailleurs que la variabilité et l’hétérogénéité de la matière ligneuse (variation de densité, de nodosité, de concentration des molécules…)1.  Pour résoudre ces difficultés, les politiques publiques mettent en avant la nécessité de mieux adapter la gestion forestière aux besoins des marchés tout en tenant compte des effets du changement climatique et des attentes sociétales2. Mais on sait finalement encore assez peu de choses des nouveaux produits bois et de leurs attentes en termes de matière première, tant d’un point de vue chimique et mécanique qu’esthétique, écologique et économique. Est-ce que ce que la demande porte sur des bois massifs et spécifiques ou sur une matière biomasse décomposée et standardisée ? Quelle place occupe l’approvisionnement local et l’origine géographique dans les critères de sélection et les qualités attendues de la ressource ?

Objectifs du stage :

L’objectif du stage sera d’explorer la manière dont les nouveaux produits du bois transforment les qualités recherchées, espérées et supposées légitimes des ressources forestières. D’un point de vue analytique, le travail pourra s’appuyer, entre autres, sur les apports de la géographie des ressources1 et des approches sociotechniques2. Ces littératures proposent en effet des pistes intéressantes pour penser le processus de requalification/déqualification des ressources au croisement des dynamiques socio-économiques et naturelles.  D’un point de vue empirique, le stage s’appuiera sur les données du pôle de compétitivité de la filière forêt-bois (XYLOFUTUR) afin d’identifier des innovations process et/ou produits, et leurs porteurs, qui contribuent à réinterroger les enjeux de sélection et de qualification de la matière première d’origine forestière. 

Activités :

    • Travail bibliographique sur la requalification/déqualification des ressources forestières et production d’une première grille d’analyse des controverses et des attentes sur les critères de sélection et les qualités recherchées.

    • Analyse des documents de XYLOFUTUR afin de constituer une base de données des innovations process et/ou produits en lien avec la valorisation de la matière première d’origine forestière ;

    • Entretiens semi-directifs auprès d’acteurs de l’innovation dans la filière bois afin d’approfondir l’analyse des attentes et des arbitrages identifiés en termes de qualités attendues des ressources forestières. 

Consulter l'offre sur INRAE Jobs : https://jobs.inrae.fr/ot-13687

Erigé en élément incontournable de la transition bas carbone et des stratégies d’adaptation aux changements globaux, le bois en tant que matériau renouvelable est plébiscité dans de nombreux domaines d’activité, de l’énergie à la construction en passant par la chimie verte (pharmacie, cosmétique…). Perçu comme une opportunité pour le développement de la filière forêt-bois et des territoires ruraux, ce recours accru aux matériaux ligno-cellulosiques suscite aussi des interrogations et des controverses sur la capacité des acteurs et des écosystèmes forestiers à répondre à ces nouvelles demandes industrielles. Si l’enjeu est d’ordre quantitatif, avec des débats récurrents sur le caractère « sous-exploitée » des forêts françaises et la possibilité ou non de couper plus de bois, il est aussi qualitatif. Le décalage entre la prédominance des essences feuillues (70 % des forêts françaises) et la spécialisation des industries sur les essences résineuses (2/3 des volumes commercialisés) est ainsi régulièrement présenté comme « un problème », au même titre d’ailleurs que la variabilité et l’hétérogénéité de la matière ligneuse (variation de densité, de nodosité, de concentration des molécules…)1. Pour résoudre ces difficultés, les politiques publiques mettent en avant la nécessité de mieux adapter la gestion forestière aux besoins des marchés tout en tenant compte des effets du changement climatique et des attentes sociétales2. Mais on sait finalement encore assez peu de choses des nouveaux produits bois et de leurs attentes en termes de matière première, tant d’un point de vue chimique et mécanique qu’esthétique, écologique et économique. Est-ce que ce que la demande porte sur des bois massifs et spécifiques ou sur une matière biomasse décomposée et standardisée ? Quelle place occupe l’approvisionnement local et l’origine géographique dans les critères de sélection et les qualités attendues de la ressource ?

1 Cour des Comptes, 2020, La structuration de la filière forêt-bois, ses performances économiques et environnementales, Commission des finances de l’Assemblée nationale, 151

2 Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, 2016, Le programme national de la forêt et du bois 2016-2026.

Documents à télécharger